La newsletter de France Intercession, une newsletter trimestrielle qui étudie les divers domaines de l'intercession prophétique

Newsletter n°14 de France Intercession

Une newsletter trimestrielle qui étudie les divers domaines de l'intercession prophétique

Auteur : France Intercession - Article écrit le 03 janvier 2008
  • La newsletter de France Intercession, une newsletter trimestrielle qui étudie les divers domaines de l'intercession "J'entendis la voix du Seigneur, disant: 'Qui enverrai-je ?' Je répondis : 'Me voici, envoie-moi'." (Isaïe 6,8)

"Qui enverrai-je ? Me voici, envoie-moi !" (Is 6,8) *

"Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas; mais je n'en trouve point." dit le Seigneur à Ézéchiel (Ez 22,30).
"J'entendis la voix du Seigneur, disant: 'Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ?' Je répondis : 'Me voici, envoie-moi.'"
(Is 6,8).

Dans ces deux phrases bibliques, nous sentons le cœur de Dieu qui appelle l'homme, qui a besoin de lui. De l'autre côté nous sentons le cœur de l'homme d'une part, qui ne se rend pas disponible, pris par ses soucis et, d'autre part, qui désire répondre à l'appel et être envoyé. Qui enverrai-je ? demande encore aujourd'hui le Seigneur ? Qui ?

LE CŒUR DE DIEU

"Quand les montagnes s'éloigneraient, quand les collines chancelleraient, mon amour ne s'éloignera point de toi, et mon alliance de paix ne chancellera point, dit l'Éternel, qui a compassion de toi." (Is 54,10).
"Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ? N'a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l'oublierait, Moi je ne t'oublierai point." (Is 49,15-16).

Le cœur de Dieu n'est qu'Amour pour son peuple, pour ses enfants. Son seul désir est que tous ses enfants se sentent aimés par Lui et qu'ils se sachent aimés par Lui. Il n'a qu'un désir : de travailler avec l'homme, de le faire participant à son œuvre de rédemption. Dieu a besoin de l'homme, il a besoin de toi, non parce qu'il se sent seul ou qu'il est tout puissant, mais "Parce que tu as du prix à mes yeux, Parce que tu m'es précieuse et que je t'aime". (Is 43,4), te dit le Seigneur et qu'il ne veut que personne ne se perde. "De même, ce n'est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu'il se perde un seul de ces petits." (Mtt 18,14).

Et Dieu crie vers ses enfants : es-tu là ? Est-ce que je peux compter sur toi pour m'aider dans cette œuvre de rédemption ou es-tu trop occupé, pris par tes soucis ou tes occupations ?
"Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas ; mais je n'en trouve point." dit le Seigneur à Ézéchiel (Ez 22,30).
Quelle déchirure pour le cœur de Dieu de ne trouver personne… alors dans son plus grand Amour, il a envoyé son Fils unique "Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle." (Jn 3,16).

Oui, il nous a envoyé Jésus qui "est venu chercher et sauver ce qui était perdu". (Luc 19,10). Jésus, tout aussi pris d'Amour et de compassion comme son Père pour toutes les brebis perdues.
"Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu'elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n'ont point de berger." (Mtt 9,36). Jésus ne veut qu'aucune brebis ne se perde, et même, il va jusqu'à abandonner les 99 autres pour chercher celle qui s'est perdue. (Luc 15,4).

Et comme le Père, le Fils va crier sur la croix "J'ai soif" (Jn 19,28), faisant comprendre au monde qu'il a soif de nous, de ce que nous sommes, de tout ce que nous vivons, de nos fautes, de nos maladies, de notre tristesse, de notre mort… Il a soif de notre amour, il a soif de travailler avec nous pour sauver des âmes et en sauver un maximum… Sommes-nous là ? Répondons-nous à son cri ? L'entendons-nous ou sommes-nous trop occupés par notre vie, nos soucis, nos activités ? Qui enverrai-je ?

LE CŒUR DE L'HOMME

- Un cœur partagé :
Le cœur de l'Homme est partagé, il est chaud ou froid (parfois tiède), il est avec Dieu ou parfois l'oublie, il laisse Dieu gérer sa vie ou parfois il préfère la gérer lui-même. Dieu a du mal à trouver des hommes et des femmes qui se lèvent réellement pour Lui, pour une nation, pour sauver des âmes !
L'Homme n'ose plus s'engager véritablement, il est tiède, il hésite, pris par des raisonnements : « Que va me demander Dieu si je fais ceci ou cela ? Comment ça va se passer ? Je ne suis pas encore prêt ?... » Sa foi s'affaiblit, se flétrit. Il n'a pas ce ressort intérieur qui le pousse vers l'avant, dans cette joie d'œuvrer pour le royaume !

Et pourtant, son seul remède est Dieu, mais il en est souvent ignorant ou il veut l'ignorer. Or la parole de Dieu est claire, comme pour réveiller le cœur de l'Homme :
"Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche." (Apo 3,16).
"Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu…Mais qu'il la demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d'autre. Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur : c'est un homme à l'âme partagée, instable dans tout ce qu'il fait." (Jc 1,5-8).
"si le sel vient à s'affadir, avec quoi l'assaisonnera-t-on ? Il n'est bon ni pour le fumier, ni pour la terre. On le jette dehors." (Lc 14,34-35).

- Un cœur qui n'écoute pas :
"L'Éternel vous a envoyé tous ses serviteurs, les prophètes, il les a envoyés dès le matin; et vous n'avez pas écouté, vous n'avez pas prêté l'oreille pour écouter." (Jr 25,4).
Le cœur de l'Homme préfère souvent sa propre « doctrine » ou pensée. Il suit ce qu'il pense être bon mais oublie d'écouter des sages paroles qui pourraient lui permettre de retrouver la vie, la joie ou de porter du fruit. " Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements." (Jc 1,22).

L'entêtement d'Israël et son manque d'écoute lui valut, non pas de rentrer immédiatement dans le pays dans lequel le Seigneur l'envoyait mais de rester 40 ans dans le désert et pour beaucoup d'y mourir "Et l'Éternel dit : Tous ceux qui ont vu ma gloire, et les prodiges que j'ai faits en Égypte et dans le désert, qui m'ont tenté déjà dix fois, et qui n'ont point écouté ma voix, tous ceux-là ne verront point le pays que j'ai juré à leurs pères de leur donner, tous ceux qui m'ont méprisé ne le verront point." (Nb 14,22-23).

Israël a été déporté et exilé parce qu'il n'a pas écouté le Seigneur à travers la bouche du prophète Jérémie " C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel, le Dieu des armées, le Dieu d'Israël: Voici, je vais faire venir sur Juda et sur tous les habitants de Jérusalem tous les malheurs que j'ai annoncés sur eux, parce que je leur ai parlé et qu'ils n'ont pas écouté, parce que je les ai appelés et qu'ils n'ont pas répondu." (Jr 35,17).

"Ah! Si mon peuple m'écoutait, Si Israël marchait dans mes voies ! En un instant je confondrais leurs ennemis, Je tournerais ma main contre leurs adversaires" (Ps 81,14-15).
Dieu désire tant aider son peuple, le délivrer de ses ennemis. Il lui crie de l'écouter « Shema Israël » écoute Israël, marche dans mes voies, suis mes commandements afin de ne pas tomber dans les pièges de tes ennemis, de te faire prendre dans ses filets. "Mais mon peuple n'a point écouté ma voix, Israël ne m'a point obéi. Alors je les ai livrés aux penchants de leur coeur, et ils ont suivi leurs propres conseils." (Ps 81,11-12).
"Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos fautes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu; ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l'empêchent de vous écouter. Car vos mains sont souillées de sang, et vos doigts de crimes; vos lèvres profèrent le mensonge, votre langue fait entendre l'iniquité" (Is 59,1-3).

FAIRE UN CHOIX

- Se repentir et reconnaître ses torts
"Je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance." (Lc 15,7).
L'Homme est une créature et il doit reconnaître sa condition de créature qui le rend pauvre, faible, vulnérable. Sa vie dépend de son créateur et lui seul peut lui donner ce dont il a besoin "Sans moi, vous ne pouvez rien faire." (Jn 15,5).

Étant une créature, plongé dans le péché dès l'origine, l'Homme doit accueillir la miséricorde de Dieu, pardonner à ses ennemis, confesser ses péchés, refuser tout compromis, tout mal et choisir le bien… pour entrer pleinement dans la vie de Dieu. "Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur." (Rm 6,23). Oui, seul Jésus, le Rédempteur et le sauveur, peut lui offrir la Vie, mais faut-il qu'il se reconnaisse pêcheur, faible et pauvre et dépendant de Dieu qui lui donne force, puissance et capacité.
"Mais ceux qui se confient en l'Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles; ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point." (Is 40,31).

- Ecouter et obéir
Il y a des personnages dans la Bible qui sont très touchant de part leur écoute et leur obéissance. Ceci leur a valu d'être considéré comme des justes, des hommes de Dieu et dont il est dit que leur vie a été prospère, que les fruits ont été manifestes et nombreux. Tous ces personnages ont écouté et répondu à l'appel du Seigneur :

Abraham :
Cet homme est étonnant dans sa façon d'écouter Dieu et de lui répondre : il ne se pose pas de question. Dieu lui parle et l'envoie, il répond et va !
"L'Éternel dit à Abram : Quitte ton pays, ta patrie, et la maison de ton père, pour le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. Abram partit, comme l'Éternel le lui avait dit, et Lot partit avec lui." (Gn 12,1-4).

Moïse :
Cet homme est choisi par Dieu pour une mission, qui ne l'engage pas que lui, mais des milliers de personnes : faire sortir le peuple d'Égypte, de l'esclavage pour le mener vers la Terre Promise, terre de miel et de lait. Faire confiance à Dieu face à Pharaon était une folie, un défi et une véritable révélation ; faire confiance à Dieu pour se faire entendre du peuple et le mener hors de l'Égypte relever de la même folie. Moïse voulait que Dieu envoie quelqu'un d'autre, mais c'est lui qu'Il a choisi. "Dieu l'appela du milieu du buisson, et dit: Moïse! Moïse! Et il répondit: Me voici!" (Ex 3,4).
"Voici, les cris d'Israël sont venus jusqu'à moi, et j'ai vu l'oppression que leur font souffrir les Égyptiens. Maintenant, va, je t'enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d'Égypte mon peuple, les enfants d'Israël. Moïse dit à Dieu: Qui suis-je, pour aller vers Pharaon, et pour faire sortir d'Égypte les enfants d'Israël? Dieu dit: Je serai avec toi; et ceci sera pour toi le signe que c'est moi qui t'envoie: quand tu auras fait sortir d'Égypte le peuple, vous servirez Dieu sur cette montagne." (Ex 3,9-12.)

Jérémie :
Ce prophète, a été choisi par Dieu comme prophète des nations. Mais Jérémie lui répondra "Ah ! Seigneur, je ne sais pas parler, car je ne suis qu'un enfant ! Et l'Éternel me dit : Ne dis pas, Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t'enverrai, et tu diras tout ce que je t'ordonnerai. Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l'Éternel. Puis l'Éternel étendit sa main, et toucha ma bouche ; et l'Éternel me dit : Voici, je mets mes paroles dans ta bouche. Regarde, je t'établis aujourd'hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes." (Jr 1,6-10).

On pourrait prendre encore d'autres exemples de personnages dans la Bible, qui malgré un manque d'expérience, de compétences particulières et d'éléments concrets (mener un peuple, quitter son pays pour aller vers l'inconnu…) ont écouté, fait confiance au Seigneur et ont accepté d'être envoyé.

- Un cœur compatissant pour les âmes qui se perdent
"J'ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver de toute manière quelques-uns." (1 Co 9,22).

Tel est l'appel que le Seigneur nous lance : en sauver quelques-uns ! Sommes-nous prêts à en sauver un ? Notre cœur est-il rempli de cet Amour du Christ qui nous presse pour sauver des âmes ? Paul a eu ce zèle de l'évangélisation pour aller de par les nations païennes et apporter la bonne nouvelle. Ce qui nécessitait de vivre de l'évangile pour pouvoir l'annoncer "nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu." (Jn 3,11).
Si nous voulons annoncer la Vérité, nous devons vivre de la Vérité et en Vérité. Être envoyé nécessite de connaître celui qui nous envoie et de connaître ce cœur profond et compatissant qui recherche des âmes amoureuses pour sauver celles qui se perdent.

Puissions-nous avoir le cœur du Père qui accueille le Fils prodigue qui revient vers lui, lui qui était perdu, qui était mort et qui est revenu à la Vie ! Puissions-nous nous REJOUIR avec le Père qui lui prépare un festin, le revêt de vêtements somptueux et le rétablit dans sa place de fils :
"Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. Le fils lui dit: Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs: Apportez vite la plus belle robe, et l'en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir." (Lc 15,20-24).

Être envoyé

- Jésus nous envoie
Ce n'est pas nous qui choisissons notre mission, car si c'était le cas, nous ne nous reposerions pas sur Dieu mais sur nos compétences, notre savoir-faire… mais c'est Dieu qui nous choisit et nous établit "pour que nous portions du fruit et que ce fruit demeure." (Jn 15,16). C'est la seule façon pour que nos projets, nos missions, tout ce que nous faisons… portent du fruit. Si nous ne sommes pas envoyés, nous ne porterons pas de fruit et nos projets tomberont à l'eau.
"Jésus leur dit de nouveau: La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint-Esprit." (Jn 20,21-22).
La mission que Dieu nous donne, nous est donnée dans un climat de paix. Le Seigneur sera toujours à nos côtés et sans cesse nous dira "Ne crains pas, je suis avec toi". Et voici, "je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." (Mtt 28,20) et "le Saint Esprit vous enseignera à l'heure même ce qu'il faudra dire." (Lc 12,12).

"Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes." (Mtt 10,16).
Ne nous attendons pas à être envoyé, tranquille, dans les lieux de luxe ! Mais attendons-nous, dans ces derniers temps, à être envoyé là où nous n'aimerions pas trop aller. Par contre, accueillons tous lieux donnés par Dieu comme déjà acquis par sa Victoire, car c'est Lui qui gère toute mission et c'est Lui qui nous donne toute autorité pour "marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi; et rien ne pourra vous nuire." (Lc 10,19).

Soyons de ces disciples qui écoutent attentivement le Maître, qui se laissent enseigner, guider, corriger. Soyons de ceux qui, ont à cœur de se fortifier en Dieu pour aider les plus faibles, les encourager et les relever. Soyons de ceux qui ont à cœur de regarder en face leur passé pour que le Seigneur vienne le visiter, le guérir et que nous soyons ensuite de ceux qui consolent, affermissent et que "par la consolation que nous recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit." (1 Co 1,4).

- Appelé, mais peu d'élus :
Mais Jésus appelle, il y a peu d'élu, il y a peu de personnes qui répondent à son appel.
"Il leur dit: La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson." (Lc 10,2).

Oui, les temps sont courts et le Seigneur nous demande encore et toujours : Qui enverrai-je ? Sommes-nous de ceux de la parabole qui s'excuse pour toutes sortes de choses :
"Mais tous unanimement se mirent à s'excuser. Le premier lui dit : J'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voir; excuse-moi, je te prie.
Un autre dit: J'ai acheté cinq paires de boeufs, et je vais les essayer; excuse-moi, je te prie.
Un autre dit: Je viens de me marier, et c'est pourquoi je ne puis aller.
Le serviteur, de retour, rapporta ces choses à son maître. Alors le maître de la maison irrité dit à son serviteur: Va promptement dans les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux.
Le serviteur dit: Maître, ce que tu as ordonné a été fait, et il y a encore de la place.
Et le maître dit au serviteur: Va dans les chemins et le long des haies, et ceux que tu trouveras, contrains-les d'entrer, afin que ma maison soit remplie.
Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon souper."
(Lc 14,18-24).
Ou sommes-nous de ceux qui s'empressent de répondre au cri de Dieu pour notre nation, pour les Hommes, qui en France ont soif de Dieu, soif de découvrir la Vie, le Chemin et la Vérité !

CONCLUSION

Où es-tu et que fais-tu ? Où sont les ouvriers ? Sommes-nous des ouvriers au chômage ? Avons-nous réellement été envoyés par Jésus ou choisissons-nous la mission qui nous arrange ?

Si tu es trop préoccupé de tes affaires, tu ne peux l'être des affaires de Dieu. Tu ne peux être au four et au moulin, tu vas devoir te décider, faire un choix pour Dieu et ne pas diviser ta vie entre : ton travail, tes amis, ta vie spirituelle, tes activités… Dieu doit unifier tout cela en toi pour que tu sois entièrement livré à l'Amour et que tu puisses répondre sans hésiter, ni peur, ni raisonnements ou excuses : ME VOICI, ENVOIE MOI.
Oui, entendons-nous l'appel présent du Seigneur qui nous attend, qui nous appelle et nous crie qu'il a besoin de nous, car les Hommes ont faim et soif de Dieu et personne ne les rassasie ! Et oserons-nous répondre : ME VOICI SEIGNEUR ENVOIS MOI.

Que cette Année 2008 soit une année de nouveauté où nous nous laissons envoyer par le Seigneur là où il veut que nous combattions à ses côtés.

BONNE ANNEE à chacun avec le Seigneur, Vainqueur en toute chose !

Les responsables

* Newsletter écrite pour le projet de France Intercession (anciennement appelé l'armée de Dieu).
Pour toute reproduction de ce texte, en partie ou en intégralité, merci de nous contacter.